8 nov. 2015

La manipulation du Droit international dans la campagne juridique contre Israël, par Robbie Sabel

Le respect du Droit international en Israël est fort remarquable. Chaque requête est étudiée scrupuleusement dans les instances judiciaires et les autorités appliquent toujours à la lettre les accords internationaux signés et les engagements pris. La Cour suprême israélienne a souvent ordonné au gouvernement israélien, à l’armée et aux services de sécurité de modifier une attitude ou une politique qui selon elle était à certains égards en violation du Droit international coutumier. La Cour est même intervenue lors de combats sur le champ de bataille.

Les détracteurs d’Israël sapent systématiquement le Droit international
Conscient de cette réalité judiciaire unique au monde, les détracteurs d’Israël ont entrepris un processus de manipulation du Droit international en inventant de nouvelles règles spécifiquement pour Israël, mais jamais appliquées par d’autres Etats ou dans des situations similaires.

Les détracteurs d’Israël ont inventé

Jean Soler ou les démons de Michel Onfray, par Haïm Korsia

Le grand rabbin Haïm Korsia répond à un texte du philosophe paru dans Le Point. Le héraut de l'athéisme y citait un auteur sulfureux, Jean Soler, qui fait de dangereux rapprochements entre le judaïsme et le nazisme. Michel Onfray n'a pas souhaité réagir. 
Par nature et fonction, je porte les principes de laïcité républicaine et fais la part des choses. Mais j'ai lu avec révulsion les amalgames dont se repaît le Sage de l'Université populaire de Caen

Jean Soler et Michel Onfray
Endossez-vous, monsieur Onfray, cette fulgurance de Soler : "Le nazisme selon Mein Kampf est le modèle hébraïque auquel il ne manque même pas Dieu" ? Même pas Dieu ? Même pas peur, nous dit M. Onfray ! Sérieusement, le nazisme et le "modèle hébraïque" seraient fusionnels, monsieur Onfray ? Selon Mein Kampf ? Selon Soler ? Selon vous ? C'est selon ? Vous enseignez ? Comme on saigne, peut-être ?