28 nov. 2015

Attentats de Paris: pourquoi le 11e arrondissement ? par Olivier Prévôt

Un jour, peut-être, nous voudrons comprendre. Comprendre comment, en seulement quelques années, on passe de l’école Paul Bert à Raqqa, son calife et ses égorgements. Comprendre comment, après avoir récité la fable Le loup et l’agneau devant ses camarades, encouragé par la classe, applaudi peut-être, on choisit de devenir pire qu’un loup et on assassine froidement les enfants de ceux qui vous ont donné asile, soins, logement, considération, nationalité. Un jour, on voudra peut-être comprendre comment certains ont pu devenir Kelkal, Aït Abdelmalek, Merah, Nemmouche, Kouachi, Sahli, Abdeslam… Mais sans doute n’est-ce pas l’heure de la compréhension.

D’ailleurs que comprendrait-on ? Le mal absolu résiste aux historiens, aux philosophes, aux moralistes, aux psychanalystes. C’est même à cela qu’on le reconnaît, à cette béance qu’il laisse en soi et autour de soi.