14 déc. 2015

L'idiot utile du palestinisme serait-il un tantinet demeuré ? par דוב קרבי

Je trouve sur le site de la SPP cet article, datant de dix mois, d'Annette Fréjaville. Outre l'aspect psychanalytique intéressant -- n'ayant rien à voir avec le Moyen-Orient si l'on accepte de ne rien référer aux permanents mensonges propagés par la propagande arabe ou les médias français --, un passage m'a immédiatement évoqué l'attitude psychique des idiots utiles du palestinisme. 

Vrais salauds ou pauvres demeurés ?

Le déni israélien, par Jean-Pierre Lledo


 Je l’ai dit par ailleurs[1], un mal ronge l’Occident : le déni de la nuisance islamique et de la relation incestueuse de l’islamisme avec l’islam. Et comme si l’apocalypse des deux Tours Jumelles du 11 Septembre 2001 n’avait jamais eu lieu, le président actuel Hussein Obama et la postulante du même parti à la prochaine présidence, Hilary Clinton, viennent tous deux de se précipiter pour nous annoncer que le récent massacre en Californie, quelques jours après celui de Paris, commis et revendiqués dans les deux cas par des militants du Califat islamique du Moyen-Orient (ISIS), n’avait ‘’rien à voir avec l’islam’’… Car tout comme la plupart des dirigeants occidentaux, souvent même sans avoir lu une seule fois le Coran dans son intégralité, ils se permettent de parler au nom et en place de théologiens musulmans qui, eux, le plus souvent restent muets, quand ils ne justifient pas ces actes !
Mais cette figure du déni concerne également et de façon plus inattendue une bonne partie de l’intelligentsia et de politiciens israéliens, qui le plus souvent
tiennent à signifier ainsi qu’ils sont ‘’de gauche’’, puisqu’en Israël le clivage gauche/droite concerne le positionnement par rapport à la question palestinienne plus que les problèmes sociétaux.