30 avr. 2016

La soumission, c'est maintenant, par G.W.Goldnadel

Il n’est de pire soumission que celle que l’on nie. La France est soumise. Nous sommes soumis. Le début de l’insoumission commence par la prise de conscience de la grandeur de la servitude.

La position du soumissionnaire

Le paradoxe est grand : c’est au moment précis où l’idéologie islamo-gauchisante aura révélé sa nocivité criminelle et qu’on peut la contester moins dangereusement qu’autrefois, qu’elle poursuit néanmoins inexorablement son chemin sans que rien ne l’arrête.

Sykes-Picot et le Golan, par Zalman Shoval

Un bref rappel historique des accords qui ont dessiné les contours des Etats du Moyen-Orient aujourd'hui en cours d'effondrement, permettra de resituer le contentieux sur le Golan. NdT

Il y a juste 100 ans, le 16 mai 1916, la France et le Royaume-Uni signèrent les accords Sykes-Picot qui ont dessiné les frontières de notre région et facilité dans une certaine mesure la réalisation du projet sioniste. La France et le Royaume Uni étaient motivés par leurs intérêts géopolitiques, mais d'autres facteurs ont aussi joué un rôle, comme les ambitions des nationalistes arabes. Ces derniers pensaient tirer avantage de l'aide qu'il fourniraient au cours la première guerre mondiale aux Français et aux Britanniques opposés aux Allemands et aux Turcs, mais les choses n'ont pas marché comme prévu pour eux.

Afficher l'image d'origine
Mark Sykes et François Georges-Picot
Les accords Sykes-Picot ont défini des territoires appelés à devenir de futurs états comme l'Irak, le Koweït et la Jordanie qui devaient passer sous contrôle britannique. De son coté, la France obtenait des zones qui sont devenues par la suite la Syrie et le Liban (et aussi une petite partie de la Turquie).

19 avr. 2016

Comment BDS Détruit le Futur Etat Palestinien, par Fred Maroun

Le talon d'Achille des juifs -- un extrême de respect de la vie et des droits de l'homme -- a été exploité par les arabes dès le lendemain de la déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël. Etant moi-même d'origine arabe, je connais par cœur ce stéréotype que les arabes ont développé sur l'Occident et Israël : ils sont faibles parce qu'ils se soucient de la vie de leurs citoyens et se font un devoir de respecter les droits fondamentaux de leurs ennemis. On attribue à Golda Meir la phrase suivante : « On peut pardonner aux arabes de tuer nos enfants, mais on ne peut leur pardonner de nous obliger à tuer les leurs ».


Les Palestiniens pourraient bien commencer à devoir payer le prix de leurs tactiques.

Jusqu'à aujourd'hui, Israël s'est conformé au stéréotype arabe -- au point de « cogner au plafond » des immeubles de Gaza que le Hamas utilise à des fins militaires pour demander aux habitants de quitter les lieux avant une frappe de missile --, mais mes conversations avec les sionistes montrent qu'un changement d'attitude est sur le point de se produire. Les Juifs respectent toujours autant la vie, mais leur détermination à minimiser les pertes ennemies et à respecter les droits fondamentaux de leur adversaire paraissent sur le point de s'amenuiser. Les Palestiniens pourraient bien commencer à devoir payer le prix de leurs tactiques.

18 avr. 2016

Les pays arabes politisent l’UNESCO, par Jacques Benillouche

Ainsi parle l'Éternel : Je retourne à Sion, et je veux habiter au milieu de Jérusalem.  
Jérusalem sera appelée ville fidèle, et la montagne de l'Éternel des armées montagne sainte.                                                                        (Zacharie 8: 3)
  
Les votes à l’UNESCO sont sans surprise puisque les pays arabes et leurs alliés disposent d’une majorité automatique confortable. Les Israéliens n’ont aucun moyen de contrer une décision quelconque et finissent par être résignés. Les États-Unis n’y disposent d'aucun droit de veto. Ils ne sont jamais entendus. C’est pourquoi, ils avaient déjà décidé de retirer à cette institution leur contribution financière qui s’élève à 22% du  budget total. 

14 avr. 2016

Chronique de Michaël Bar-Zvi | Vav Be Nissan 5776 - 14 avril 2016

Le chanteur Renaud aurait-il été touché par la grâce lorsqu’il écrivit sa chanson sur l’Hyper cacher dans laquelle il reconnaît que Jérusalem est la terre de nos pères ? Serions à la veille de temps messianiques où ceux qui ont propagé la haine d’Israël depuis des décennies se rendent compte de leurs erreurs ? On voudrait le croire, même l’espérer, malheureusement je crains qu’un optimisme exagéré ne soit pas de mise pour l’instant, car il ne suffit pas de pleurer à chaudes larmes sur la folie de ce monde, la violence et l’horreur, ou encore d’embrasser un flic entre Nation et République, mais de désigner l’ennemi et ensuite de l’anéantir.
 
Les quatre victimes de l'Hyper Casher.
Les chanteurs, les artistes, et les pitres en tous genres n’ont même pas peur disent-ils, pas étonnant de l’endroit d’où ils parlent ; en revanche les habitants des quartiers et des cités, musulmans, juifs ou catholiques, eux, ont peur de ces grands frères salafistes qui menacent leurs enfants et font alliance avec les délinquants, dealers et autres malfrats qui recrutent pour le djihad et arment leurs assassins.

13 avr. 2016

Autorité palestinienne : scandaleux détournement de l’argent des contribuables des pays qui la financent, par Hélène Keller-Lind

Sans les fonds conséquents versés par des pays donateurs l’Autorité palestinienne et ses administrés seraient asphyxiés. Des fonds versés sans conditions ni vérifications, ce qui est d’autant plus inacceptable que l’argent des divers contribuables contribue, non seulement, à promouvoir une incitation condamnable à la haine et la violence meurtrières mais aussi à la corruption palestinienne endémique. En voici deux exemples : le scandale de l’incitation au terrorisme de l’Autorité palestinienne, avec les « salaires » versés aux terroristes condamnés, que viennent de dénoncer le Daily Mail et Kay Wilson, une victime qui a survécu, combat relayé par une pétition pour tenter d’y mettre fin, et, par ailleurs, la fortune panaméenne du fils de Mahmoud Abbas.

Kay Wilson.

Née en Grande-Bretagne, où elle a grandi, Kay Wilson, femme de talent, est guide, pianiste de jazz, dessinatrice. Un jour de décembre 2010, dans la Forêt de Jérusalem, elle accompagne une amie chrétienne américaine, Kristen Luken. Deux Arabes surgissent et leur demandent en hébreu si elles ont de l’eau. Kay leur répond, en hébreu aussi. Une erreur dira-t-elle plus tard, car elles ne peuvent plus passer pour de simples touristes. Ils attaquent alors les deux femmes et s’acharnent pendant une vingtaine de minutes de terreur. Frappée de treize coups de couteau, Kay Wilson, blesse son agresseur avec son canif, ce qui permettra d’identifier celui-ci plus tard et de démanteler une cellule terroriste ayant commis au moins un autre meurtre, deux tentatives de meurtre, un viol, des vols et autres violences ».

11 avr. 2016

« Réfléchissez avant de boycotter Israël » , par Denis MacEoin

Lettre Ouverte À l'Association des Etudiants de l'Université d'Edimbourg

Chers étudiants,
Ce n'est pas sans un sentiment de déjà-vu que je m'adresse à nouveau à vous, en tant que diplômé concerné de cette université d'Edimbourg.
Je souhaite réaffirmer et étayer mieux encore mon opposition à vos motion et résolution 2016 de boycott de l'Etat juif d'Israël ; ou pour dire les choses un peu différemment, mon opposition au boycott de la seule démocratie parlementaire du Moyen Orient, qui est aussi l'une des rares et authentiques démocraties de par le monde. Je souhaite que tous vous preniez connaissance de ce texte ; votre détermination à procéder à cette lecture, à écouter un autre raisonnement, justifiera votre certitude d'appartenir à cette élite de gens jeunes et intelligents qui étudient dans l'une des meilleures universités du monde.

Denis McEoin. A quand des penseurs aussi pertinents dans nos université ?
A Edimbourg, j'ai obtenu les félicitations du jury pour un diplôme de maitrise en Perse, Arabe et Histoire islamique. A Cambridge, j'ai consacré mon doctorat à un moment de l'histoire religieuse iranienne du 19ème siècle. J'ai enseigné ensuite la traduction arabe-anglais et la civilisation islamique à l'Université du Maroc, puis j'ai tenu un séminaire d'arabe et d'études islamiques à l'université de Newcastle en Grande Bretagne. Plus tard, j'ai accepté de rejoindre l'Institut Gatestone en tant que chercheur associé. Là, je mène des recherches et j'écris sur des sujets relatifs à l'Islam, au Moyen-Orient et à Israël. Sur l'ensemble de ces sujets, j'ai publié une quarantaine d'ouvrages et de rapports pour des think tank, ainsi qu'une longue liste d'articles.

10 avr. 2016

La " Zone Grise" de l'Etat Islamique en Europe : combien de divisions ? par Giulio Meotti

Au cours des années 1970 et 1980, l'Europe a été ravagée par les attentats terroristes des groupes communistes armés comme la Bande à Baader en Allemagne et les Brigades Rouges en Italie. Ces terroristes paraissaient déterminés à saper les fondements de la démocratie et du capitalisme. Ils ciblaient par dizaines les journalistes, les hommes politiques, les chefs d'entreprises et les politiciens. En Italie, en 1978, ils ont même enlevé et exécuté le premier ministre italien, Aldo Moro.

Dans les années 1970 et 1980, l'Europe subissait le terrorisme de groupes communistes comme la Bande Baader-Meinhof (en noir et blanc), en Allemagne qui disposaient d'une « zone grise » de plusieurs millions de sympathisants. Aujourd'hui, les djihadistes européens comme Abdelhamid Abaaoud (droite), cerveau des attaques à Paris, ont une « zone grise » de sympathisants beaucoup plus large dans les communautés musulmanes d'Europe.
A l'époque, la question de « la taille de la « zone grise » se posait déjà : de quel réservoir de sympathie le terrorisme dispose-t-il dans les usines, les syndicats, les universités ?

Soutenu par François Hollande, Mahmoud Abbas repart en guerre contre Israël aux Nations unies, par Hélène Keller-Lind

Ce ne sera pas la première fois que le dirigeant de l’Autorité palestinienne, qui se refuse toujours à accepter de négocier directement avec Israël, ira présenter un projet de résolution au Conseil de Sécurité des Nations unies pour tenter de contraindre l’État hébreu à accepter l’inacceptable. Le projet présenté fin avril demandera la condamnation des implantations israéliennes et sera soutenu par un certain nombre de membres de ce Conseil, dont la France. Reste à savoir si les États-Unis opposeront leur veto, comme cela a été fait pour des demandes précédentes. Une initiative bien sûr condamnée par Israël.

Le kleptocrate révisionniste président à vie protestant de sa bonne foi de soutien du terrorisme

9 avr. 2016

Déshonorer son nom : Human Rights Watch, par Thomas Wictor

Aucune des plaintes que Human Rights Watch émit lors de la guerre de Gaza en 2014 n'étaient justifiées. Je les ai toutes démystifiées avant même de connaître l'existence des nouvelles armes israéliennes appelées munitions EMPFAE. Human Rights Watch n'emploie pas d'experts en munitions. Je pensais que l'absence de dommages par fragmentation à Gaza était les résultat de l'attention extrême de Tsahal. C'est une partie de la réponse, mais outre cela, les armes nouvelles n'utilisent pas de fragments létaux. Elles détruisent par des ondes de choc dirigées et contrôlées.

La tolérance forcée : vis et laisse vivre... ou meurs, par Thomas Wictor

Certains fait sont si obscènes qu'ils peuvent vous rendre fous. Ceux qui refusent de vivre et laisser vivre doivent être éliminés. 

Asad Shah a simplement souhaité de joyeuses Pâques à ses concitoyens chrétiens.

Asad_Shah

Pour cela il a été assassiné, poignardé et piétiné à mort par le pieux Tanveer Ahmed.

Tanveer_Ahmed

Ceci n'a pas eu lieu dans un cloaque du Tiers Monde. Asad a été tué à Glasgow, Ecosse. L'assassin a conduit 328 kilomètres depuis Bradford après avoir lu le commentaire Facebook de Shah. A présent les Britanniques se tordent les mains. Il n'y a absolument aucune raison de faire cela. Les psychotiques meurtriers doivent être impitoyablement éliminés.

Après que Tanveer Ahmed a été arrêté pour le meurtre d'Asad Shah, son avocat a lu une déclaration selon laquelle Shah devait être tué pour protéger l'honneur de l'Islam.

8 avr. 2016

Terrorisme : « Les élites occidentales, avec une obstination suicidaire, s’entêtent à ne pas nommer l’ennemi. Le terrorisme n’est qu’une arme du fanatisme à partir d’une religion » par Mathieu Bock-Côté

Pour comprendre la guerre qui oppose l’Europe à l’islamisme, Mathieu Bock-Côté nous invite à redécouvrir Julien Freund.

Pendant un bon moment, la figure de Julien Freund (1921-1993) a été oubliée. Il était même absent du Dictionnaire des intellectuels français paru en 1996 au Seuil, sous la direction de Jacques Julliard et Michel Winock, comme si sa contribution à la vie des idées et à la compréhension du monde était insignifiante. Son œuvre n’était pas rééditée depuis 1986. L’ancien résistant devenu philosophe qui refusait les mondanités parisiennes et la vision de la respectabilité idéologique qui les accompagne œuvrait plutôt en solitaire à une réflexion centrée sur la nature du politique, sur la signification profonde de cette sphère de l’activité humaine.

6 avr. 2016

L’arsenal juridique de la Knesset en direction des terroristes mineurs, par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

Le 29 mars 2016, la Knesset a adopté un projet de projet de Loi visant à l’emprisonnement, sous certaines conditions, des terroristes mineurs, âgés de moins de 14 ans. Ce texte devrait responsabiliser les enfants animés de pulsions criminelles à l’encontre les personnes juives, tout comme leurs parents qui cautionnent ces actes terroristes en se retranchant derrières les textes internationaux qui limitent l’emprisonnement des jeunes personnes. La veille, le 28 mars 2016, les députés israéliens ont adopté en première lecture le principe de la suspension des députés israéliens qui violeraient leur serment d’allégeance à l’Etat juif, notamment en incitant les jeunes palestiniens à poursuivre leurs actes meurtriers à l’encontre des juifs. La Knesset entreprend ainsi un travail à la fois pédagogique et répressif pour  stopper la folie meurtrière des jeunes palestiniens, et son encouragement insidieux par les députés palestiniens de la Knesset.   
 
Dans toute organisation totalitaire les enfants sont instrumentalisés.
1° – l’emprisonnement des terroristes mineurs
Depuis le mois d’octobre 2015, les actes meurtriers contre les personnes juives impliquent majoritairement des enfants mineurs armés de couteaux, de ciseaux ou d’objet contondants. En cas d’adoption en seconde lecture, les tribunaux israéliens seront habités à infliger des peines d’emprisonnement aux palestiniens mineurs, âgés de moins de 14 ans, pour les actes commis en Israël, alors que cette prérogative sera dévolue aux tribunaux militaires (compétents territorialement en vertu des accords d’Oslo) pour les crimes commis en Judée Samarie.

Des "Excuses" pour les Terroristes, par Douglas Murray

Le lendemain de l'attentat terroriste de Bruxelles, les couleurs du drapeau belge ont illuminé des monuments au Royaume-Uni. Une partie de la presse britannique a critiqué le pays. Pourquoi, a-t-elle demandé, cette cérémonie bien-pensante, devenue traditionnelle, s'est-elle tenue le lendemain de ces attaques et pas le soir-même ? Pourquoi avons-nous eu un jour de retard alors que d'autres villes avaient pu faire immédiatement un geste de « solidarité » ? Voici ce qu'est notre époque. Voici ce que sont nos questions.

Le soir qui a suivi les attaques terroristes de Bruxelles, des établissements publics en Grande-Bretagne, comme la National Gallery de Londres (à gauche) et l'Hôtel de Ville de Manchester (à droite), ont été illuminés aux couleurs du drapeau belge.

Si on peut se poser une question ici, ce n'est pas de savoir pourquoi il a fallu plus de vingt-quatre heures au Royaume-Uni pour trouver des lumières aux couleurs de la Belgique mais pourquoi, après soixante-sept années de terrorisme, le Royaume-Uni n'a toujours pas trouvé les simples lumières bleues et blanches qu'il faudrait pour projeter le drapeau d'Israël sur un espace public.

4 avr. 2016

L'hostilité de l'Europe vis-à-vis d'Israël va augmenter sous l'influence de l'Etat islamique, par Evelyn Gordon

L'Europe achète depuis des décennies la paix intérieure en focalisant le djihad contre Israël. Mais l'Etat islamique vient de révoquer la priorité de la "Palestine" sur les autres territoires de guerre sainte, l'Europe par exemple... (NdT)

Lors des grands attentats terroristes en Europe, comme ceux de Bruxelles la semaine dernière, de nombreux Israéliens se mettent à espérer que les Européens vont finir par comprendre à quoi Israël est confronté. Malheureusement ces attentats vont plus probablement intensifier l'activisme anti-israélien de l'Europe. Pour en comprendre les raisons, il est intéressant de lire un article du magazine de l'État islamique, Al-Naba (1), qui avance une thèse surprenante : le djihad contre Israël ne doit pas prévaloir sur le djihad ailleurs.

Cet article, traduit par MEMRI, (2) défend l'idée que le slogan "Palestine d'abord" qui a régné en maître depuis presque sept décennies, a conduit les bons musulmans à négliger d'autres endroits où le djihad n'est pas moins nécessaire, où il est même parfois plus indispensable. En réalité affirme le document, la première priorité des musulmans doit être de purifier les terres qui sont déjà sous contrôle islamique, pour des raisons à la fois religieuses et pratiques. Du point de vue religieux, "les apostats [tyrans infidèles] qui règnent sur les terres islamiques sont des infidèles encore plus néfastes que [les Juifs]." Et, du point de vue pratique, il n'est pas possible de vaincre Israël sans détruire d'abord les régimes arabes qui sont ses "premières lignes de défense." En conséquence, "entreprendre le djihad dans le seul but de remplacer la domination des Juifs par un régime semblable à ceux qui règnent actuellement à Gaza et sur la rive ouest du Jourdain, est un djihad nul et non avenu," parce que l'on remplacerait des infidèles juifs par des infidèles musulmans.

Ce bon vieux trouble obsessionnel et compulsif, par Elie Klong

Il y a quelques jours, le site en ligne de « Libération » publiait la liste exhaustive des pays touchés par le terrorisme depuis les attentats du 13 novembre à Paris, ainsi que le descriptif de chacun de ces attentats. Nous y découvrions ainsi que la Belgique est le 20eme pays à subir ces attaques. Après la France, le Mali, la Tunisie, les USA, le Tchad, la Syrie, l’Inde, le Nigeria, la Libye, l’Irak, la Turquie, l’Indonésie, l’Afghanistan, le Pakistan, la Somalie, l’Égypte, le Cameroun, l’Arabie Saoudite et la Cote d’Ivoire.  Ne cherchez pas : on n’y est pas. 
 
Les pisse-copies de Libération auraient-ils de la sanie dans le cerveau ?
Entre le 13 novembre et aujourd’hui, Israël n’a donc subi aucune attaque terroriste. Et ce ne sont pas le Rav Yaakov Litman et son fils Netanael assassinés le 13 novembre dans leur voiture qui pourront contredire Libération. Ils ne sont plus là pour le faire. Ni Aharon Yessayev et Aviram Reouven, poignardés à Tel-Aviv quelques jours plus tard. Ni Yaakov Don et Ezra Shwartz, volontairement écrasés par un terroriste en voiture au carrefour du Goush. Ni aucun des 35 israéliens assassinés depuis le début de cette vague de terrorisme. Lorsqu’un journal omet volontairement d’inclure le nom d’Israël et lui seul sur la liste des pays atteints par le terrorisme, cela porte un nom.

Les Palestiniens sont victimes d’une injustice inacceptable, par Pierre Jourde

Les Palestiniens sont victimes d’une injustice inacceptable. Soit.
Depuis soixante ans, sans relâche, les médias du monde entier se focalisent sur ce conflit. On se dit tout de même que la rentabilité injustice/information est très faible, si l’on ne considère que le rapport entre le nombre de morts et la quantité de papiers et d’images déversés sur le monde en général, et les masses arabes en particulier.

Pierre Jourde sur le conflit israélo-arabe : " Israël est un coupable idéal "

Même rentabilité faible si l’on prend en compte la quantité de personnes concernées, importante certes, mais moins qu’en d’autres lieux de la planète. Quant aux atrocités commises, n’en parlons pas, une plaisanterie. Au nombre de morts, de réfugiés, d’horreurs, il y a beaucoup mieux, un peu partout.

3 avr. 2016

L’ONU est un hibou de plastique, par A.J. Caschetta

Les citadins connaissent le hibou de plastique. Afin d’effrayer les pigeons et les chasser des toits, des corniches et des rebords de fenêtre, ils les sanglent et les vissent en place en espérant que l’apparence d’un prédateur donnera les mêmes résultats que la chose réelle. Dans les banlieues, les hiboux de plastique sont utilisés pour veiller sur les potagers et éloigner les ravageurs à quatre pattes. Mais les oiseaux sont intelligents. Une fois qu’ils savent qu’un sosie de prédateur ne pose pas de réel danger, ils reprennent leurs perchoirs avec un mépris audacieux et intrépide et ils défèquent sur les bâtiments de la ville en toute impunité. Les petits rongeurs mammifères savent aussi qu’un hibou qui ne se déplace jamais n’est pas un vrai hibou. À travers l’Amérique, ils grignotent les légumes des potagers dans l’ombre de ces faux prédateurs.


Ces deux dernières décennies, les fiascos diplomatiques des Nations Unies (en particulier concernant l’Iran) ont clairement fait savoir que l’ONU ne vaut maintenant guère plus qu’un oiseau en plastique – uniquement apte à donner l’impression qu’il reste sagement à l’affût, alerte et toujours vigilant. Pendant ce temps, comme les oiseaux et les rongeurs, les nations et les dictateurs voyous ont appris que l’ONU, tel un hibou de plastique, ne pose pas de réel danger. Par conséquent, ils la défient en toute impunité.

2 avr. 2016

Pour un aggiornamento de l'islam, par Jean-Paul Brighelli

« Mais le Coran, ce n'est pas ça ! » protestent mes élèves musulmans, évoquant avec une réelle horreur les massacres accomplis partout dans le monde au nom d'Allah. Admettons : encore faudrait-il que les musulmans s'entendent enfin sur un aggiornamento de l'islam. L'Église catholique a fait le sien sous le pontificat de Jean XXIII, qui assigna au concile Vatican II la tâche de « mettre à jour la discipline ecclésiastique suivant les nécessités de notre temps » (encyclique Ad Petri Cathedram, 1959).
Pour l'islam de France, qu'est-ce que cela signifierait ?

Métaphores

Qu'un texte, même si on le croit écrit par Dieu (bon, du Coran originel nous ne savons pas grand-chose, la version qui circule a été réécrite par un juif converti à la fin du Ier siècle, Kaab al-Ahbar, « l'associé », sous le califat d'Omar) représente la réalité de l'époque de sa rédaction, et que les réalités changent.

Tuer les terroristes ? par Benoît Rayski

Ils nous font la guerre. Ils nous tuent parce que nous ne leur ressemblons pas. Peut-être parce que nos filles ne sont pas voilées. Peut-être parce que nos églises et nos cathédrales font de l’ombre aux mosquées. Peut-être parce que nous ne pratiquons pas la vraie foi. En tout cas, ces raisons doivent être excellentes puisque des milliers de « jeunes » les adoptent et y adhèrent.

Passage de relai
Nous, on ne leur fait pas la guerre. Et on ne les tue pas. Nous aimons ceux qui ne nous ressemblent pas. Nous avons de la tendresse et de la compréhension pour une religion garantie meilleure que les autres, car elle vient d’ailleurs. Nous n’allons pas (pas encore ?) jusqu’à tendre l’autre joue, mais qu’on ne compte pas sur nous pour verser le sang. Non, nous ne faisons pas la guerre. La guerre, c’est vilain, c’est pas beau, ça fait des morts. Et ça empêche d’aller boire une bière tranquille dans un des cafés du XIe arrondissement qui ont rouvert – un acte de résistance ? – après les tueries de novembre.

La montée de l'E.I: une troisième vague génocidaire, par Gérard Rabinovitch

La dernière purulence en date, à éradiquer d'urgence.

1 avr. 2016

Quand on abat des Chrétiens, les Etats-Unis regardent ailleurs, par Raymond Ibrahim

Boko Haram, organisation islamique extrémiste nigériane, a tué plus de gens au nom du djihad que l'État islamique (ISIS), indique le nouveau rapport World Watch Monitor. Depuis 2000, date à laquelle douze Etats du nord du Nigeria ont commencé de mettre en œuvre ou d'appliquer la charia - loi islamique -, « de 9.000 à 11.500 chrétiens » ont été tués. Il s'agit là d'« une estimation prudente ».

En outre, « 1,3 million de chrétiens vivent aujourd'hui dans ces camps de réfugiés ou ont été forces de déménager ailleurs » ; « 13 000 église ont été fermées ou complètement détruites » ; sans parler « des milliers d'entreprises, de logements et d'autres biens appartenant à des chrétiens (qui) ont été détruits ».
Le rapport fait référence à un certain nombre de facteurs qui mettent en relation la croissance du djihad nigérian à la vague du djihad mondial. Cette vague anti chrétienne, conséquence du suprématisme islamique