1 juil. 2016

Les gouvernements Ayrault et Valls, c'est bien pour les Français Juifs ? par Véronique Chemla



Une polémique a surgi en avril-mai 2012 quant à l’effet sur les Français Juifs et la diplomatie française de l’élection du socialiste François Hollande à la Présidence de la République. De nombreux ministres ou membres de cabinets des gouvernements dirigés par les Premiers ministres socialistes Jean-Marc Ayrault (2012-2014) et Manuel Valls (depuis avril 2014) ont affiché des positions pro-palestiniennes, voire hostiles à l’Etat d’Israël. Difficile donc de combattre efficacement l'antisémitisme mâtiné d'antisionisme constitué par la délégitimation de l'Etat Juif. D'autant que l'antisémitisme et l'anti-judaïsme islamiques ne sont pas dénoncés, malgré ou à cause des attentats islamistes, et que perdure "la politique arabe" source et vecteur de l'antisémitisme/antisionisme d'une France en déclins. L'affaire Dieudonné ainsi que les manifestations de la "rue islamique" et de ses alliés sont emblématiques d'un antisémitisme cimentant l'alliance "arc-en-ciel" Black/Blanc/Beur. Les affaires Krief, Tanger - ruinée, elle sera expulsée à la mi-août 2016 - et autres copropriétaires illustrent un "gouvernement des juges" spoliateur. Article actualisé.
    Comme leurs concitoyens, les Français Juifs envisagent cette alternance politique selon différents critères, dont la capacité éventuelle des autorités politiques nationales à enrayer les déclins - économiques, sociaux, culturels, moraux, intellectuels, universitaires, etc. -  de la France et à relancer une croissance économique riche en emplois en France. Avec la crainte d'échecs qui renverraient les Français Juifs au statut de boucs-émissaires dans une société n'ayant pas intégré une fraction de sa population immigrée et dont l'histoire nationale est insuffisamment connue, voire déformée et instrumentalisée à des fins politiques.
Nous envisagerons dans cet article deux angles essentiels : la position à l'égard du conflit entre le monde musulman et l'Etat d'Israël ainsi que la lutte contre l'antisémitisme, celui-ci étant nourri principalement par l'antisionisme, la diffamation - affaire al-Dura - et la délégitimation de l'Etat Juif, ainsi que par l'antisémitisme et l'antijudaïsme islamiques.

BDS, ‘’Occupation’’ et Mensonge fondateur, par Jean-Pierre Lledo

Beaucoup de choses ont été écrites sur le phénomène BDS. Mon propos, ici, n’est pas d’en faire le tour. Je veux juste souligner quelques aspects de son identité, et de la lutte à mener contre lui.

1 – BDS[1] est dirigé par un Israélien arabe, Omar Barghouti, qui a pris fait et cause pour la cause falestinienne (la lettre ‘’p’’ n’existant pas en arabe, Palestine se dit ‘’Falastine’’,), à l’instar des députés israéliens arabes qui, des communistes aux islamistes se sont coalisés pour se mettre, en vérité, au service de ‘’l’Autorité falastinienne’’ aujourd’hui dirigée par Mahmoud Abbas. Situation unique au monde où l’une des parties en guerre, Israël,  accorde des sièges dans son Parlement à un ennemi qui ne dissimule jamais son désir d’en finir avec l’Etat juif.
C'est vrai, un des côté promeut l'apartheid. Mais pas celui que vous pensez.
2 – Empêcher l’avènement d’un l’Etat juif, avant 1948, puis tenter de le détruire, a toujours été et demeure le rêve suprême du monde arabo-musulman. Passages à l’acte d’abord de l’extérieur, à partir des 5 pays arabes environnants, puis de l’intérieur par le terrorisme en mettant les enfants en première ligne, enfin de manière ‘’pacifique’’ notamment par l’action diplomatique, ces trois manières se conjuguant encore au présent. BDS s’inscrit dans cette dernière ‘’ manière’’.

Socialisme et antisémitisme, par Daniel Horowitz

Le Parti Travailliste britannique a récemment été secoué par la révélation que l’antisémitisme qui sévissait dans ses rangs était d’une ampleur insoupçonnée. Une cinquante de militants ont été exclus pour leurs outrances anti-juives ou anti-israéliennes. Il est bien entendu tout à l’honneur du parti de s’être attaqué au mal, mais la question est de savoir s’il s’agit d’une dérive d’individus en mal de publicité, ou si la promotion de ce délire relève d’une ligne politique visant à ragaillardir une gauche déprimée. 

" Pas antisémite, mais antisioniste ". Alors, antisiomite ?
Jeremy Corbyn, leader du Parti Travailliste, prétend être anti-sioniste et non pas antisémite, mais cette subtilité sémantique ne convainc pas grand-monde. Son amitié proclamée pour le Hezbollah ainsi que pour le Hamas, sa défense d’un vicaire banni par l’Eglise pour propagation de textes antisémites, le soutien à un négationniste notoire [1], l’invitation au Parlement d’un prédicateur islamiste [2] accusant les Juifs de fabriquer du pain azyme avec du sang d’enfants chrétiens, tout cela laisse peu de doutes sur les idées du socialiste Jeremy Corbyn.

Les droits de l'homme érigés en religion détruisent les nations, par Jean-Louis Harouel

À l'occasion de la sortie de son livre Les droits de l'homme contre le peuple, Jean-Louis Harouel a répondu au FigaroVox. Il dénonce une nouvelle religion séculière centrée sur l'obsession de la non-discrimination qui paralyse la politique des pays occidentaux.

Jean-Louis Harouel est professeur agrégé de droit à Paris II et auteur de «La grande falsification. L'art contemporain», «Le vrai génie du christianisme» et «Revenir à la nation» (Editions Jean-Cyrille Godefroy). Son dernier ouvrage Les droits de l'homme contre le peuple est paru aux éditions Desclée de Brouwer.

Cour européenne des Droits de l'Homme
FIGAROVOX. - Après le massacre d'Orlando, les commentaires et les mises en accusation se sont succédé. On s'est focalisé sur l'aspect homophobe du crime, on a pointé du doigt les mouvements conservateurs et les religions monothéistes. L'islamisme est passé au second plan. Les démocraties occidentales sont-elles de nouveau tombées dans le piège de ce que vous appelez « la religion des droits l'homme » ?
Jean-Louis HAROUEL. - Autant il est aisé de condamner au nom de l'Évangile les violences provoquées ou cautionnées par la religion chrétienne, autant il n'est guère possible de condamner la violence musulmane au nom des textes saints de l'islam, dès lors que l'invitation à la violence y est expressément et abondamment inscrite.

Israël : le vol de l'eau, par Danilette

Il est impossible de rester indifférent aux graves accusations du vol de l'eau des Arabes par leurs voisins israéliens, cette même rengaine est reprise depuis des années par les ONG propalestiniennes, par le mouvement BDS, par des parlementaires, des intellectuels, et la plupart des media sans vérification. 
Il est vrai que ce sujet très complexe demande à être approfondi avec une rigueur intellectuelle qui fait défaut à tous ces propagandistes. Combien de fois devons-nous répondre aux mêmes mensonges ? Cela nous évoque les accusations auxquelles ont dû faire face les Juifs du Moyen-Age qu'on accusait d'empoisonner les puits et les sources ! C'est particulièrement intolérable car rien n'est plus loin de la vérité !

L’ère de la calomnie, par Hannah (Boker tov Yerushalayim)

Cette information n’a pas fait la une. Elle a été surtout diffusée en Israël, et dans les journaux juifs. Et pourtant…
Voici la traduction d’un article repris sur le site de UN Watch :
GENÈVE, le 25 mai –
Lors de l’assemblée de l’O.M.S (Organisation Mondiale de la Santé), le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et d’autres Etats de l’U.E ont voté aujourd’hui en faveur d’une résolution de l’O.N.U, coparrainée par l’ensemble des états arabes et la délégation palestinienne. Selon cette résolution, Israël est le seul pays contrevenant à la santé mentale, physique et environnementale» dans le monde. Une délégation de l’O.M.S a été chargée d’enquêter et de faire un rapport sur « les conditions de santé dans le «territoire palestinien occupé» et dans «le Golan syrien occupé». Ce rapport sera à nouveau à l’ordre du jour  lors des réunions de l’année prochaine.
En revanche, l’assemblée de l’ONU n’a pas abordé les sujets suivants :
– les bombardement des hôpitaux syriens par l’aviation syrienne et russe,
– la privation d’eau et de nourriture pour des millions de Yéménites lors des bombardements et du blocus saoudiens.
Sur les 24 points inscrits à l’ordre du jour de la réunion, un seul, l’article n° 19, a été axé spécifiquement sur et contre Israël, alors qu’aucun autre pays n’était condamné.
«L’O.N.U a atteint de nouveaux sommets d’absurdité aujourd’hui», a déclaré Hillel Neuer, le directeur exécutif de UN Watch, «en adoptant une résolution qui accuse Israël de violer les droits à la santé des Syriens sur le Golan, alors qu’en réalité des hôpitaux israéliens traitent tous les jours et sauvent les vies de Syriens fuyant le régime barbare d’Assad.
La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne devraient avoir honte d’encourager au détournement des buts de l’assemblée annuelle de l’O.M.S. Ces pays détournent un temps précieux, de l’argent et des ressources des priorités mondiales en matière de santé, dans le seul but de discréditer Israël. Ce qui est incroyable, c’est que tous ceux qui sont déjà entrés dans un hôpital israélien* savent qu’ils fournissent des soins de première qualité à tous*, à des milliers d’Arabes palestiniens, ainsi qu’aux Syriens* fuyant Assad » a t-il ajouté.

Face à l'islam, nos redditions culturelles ne se comptent plus, par Giulio Meotti

Tout a eu lieu la même semaine. Un juge allemand a interdit à Jan Böhmermann, comédien et humoriste, de réciter publiquement les vers jugés « obscènes » de son fameux poème sur le président turc Recep Tayyip Erdogan. Un théâtre danois a apparemment annulé la représentation des « Versets sataniques » par crainte de « représailles ». Deux festivals français ont déprogrammé Eagles of Death Metal - le groupe américain qui jouait au Bataclan, à Paris, le soir des attentats du 13 novembre 2015 (89 personnes ont été assassinées) en raison des commentaires « islamophobes » du chanteur Jesse Hughes. Hughes a suggéré que les musulmans subissent une fouille plus approfondie, affirmant : « il est normal de faire preuve de discernement quand on a affaire à des musulmans aujourd'hui ». Un peu plus tard, il a ajouté :
« Ils savent qu'il y a tout un tas de gosses blancs là, qui sont stupides et aveugles. Vous avez ces jeunes blancs qui vivent bien, qui ont grandi dans un environnement gauchiste depuis la maternelle, inondés de notions pompeuses qui ne sont que du vent ».

Ne jamais aboyer avec la meute enragée, par G. W. Goldnadel

Ainsi, le président de l'Autorité Palestinienne, le si « modéré » Abou Abbas, chouchou de l'Europe médiatique et politique, aura été chaleureusement applaudi ce 23 juin 2016 par le Parlement de Strasbourg.
Une huile frelatée, versée sur la flamme sans cesse attisée avec le tisonnier islamo-gauchiste...


Il faut dire qu'il aura fait, comme toujours, beaucoup d'efforts pour mériter cette ovation debout : refuser de rencontrer le président israélien, également présent dans la ville, et surtout, renouer avec l'accusation des crimes rituels en prétendant que les rabbins avaient ordonné d'empoisonner l'eau des Palestiniens. Avez-vous lu ou entendu la moindre protestation européenne à la suite de ce comportement haineux ? Difficile de mieux illustrer le dévoiement culturel, intellectuel et moral d'une institution européenne que l'on a effectivement envie de déserter à grandes enjambées.