9 juil. 2016

Quand la haine d'Israël constitue le seul élément de radicalité politique, par Brigitte Stora

Sociologue et journaliste, Brigitte Stora a publié cette année Que sont mes amis devenus ? Les Juifs, Charlie et puis tous les nôtres (éd. Le Bord de l’eau), un livre dans lequel elle revient sur les étapes du divorce entre les Juifs et une partie de la gauche. Dans un entretien qu’elle nous a accordé à l’occasion de la conférence qu’elle a donnée au CCLJ le 11 mai dernier, cette femme de gauche revient sur cette dérive où la parole antisémite s’est libérée.


Le pire est-il toujours à venir lorsqu’on observe la porosité de la parole antisémite ?
Personne n’a eu le loisir d’ignorer ce qui s’est passé depuis plusieurs années en ce qui concerne la montée de l’antisémitisme. Lorsque la parole antijuive s’est libérée violemment au début des années 2000 avec le déclenchement de la Deuxième Intifada et la Conférence de Durban sur le racisme, j’ai senti que les choses basculaient brutalement. Je ne pouvais évidemment pas imaginer à ce moment-là qu’Ilan Halimi serait assassiné ni que des enfants juifs seraient abattus de sang-froid par Mohamed Merah. Mais je pouvais sentir que tout à coup quelque chose de grave était possible et qu’à la violence des mots succèderaient celle des actes.