5 août 2016

Magnanville: la déchéance des bien-pensants, par Cyril Bennasar

Qu’on ne se méprenne pas, moi qui caresse l’espoir de voir assignés un jour à résidence aux Mureaux ou à La Courneuve le sociologue relativiste avec l’avocat droit-de-l’hommiste en colocation avec tous ceux qui prennent les racailles sauvages pour des enfants du bon Dieu, je ne viens pas ici diluer la culpabilité du dernier islamiste de l’actualité, musulman impatient et criminel, dans la misère sociale ou dans le racisme français. Derrière le crime, il n’y a qu’un criminel, un seul coupable du meurtre de ce couple de policiers de Magnanville. Mais au-delà, il y a des responsables.


Faut-il encore rappeler que celui-ci comme tous les autres n’était pas témoin de Jéhovah et qu’il n’est pas surprenant qu’un prophète assassin de masse laisse derrière lui pour les siècles des siècles une religion sanguinaire ? Mais ce ne sont pas ces islamistes intolérants et prosélytes à mort, ni bien sûr les 80 % de musulmans français qui observent sans réserve le ramadan que je suis venu ici stigmatiser, ce sont les autres responsables de ce crime. Je veux nommer, accuser, montrer du doigt et clouer au pilori tous ceux qui ont empêché d’empêcher ces meurtres, tous ceux qui sont venus régulièrement, jusque dans ce journal et dans ma radio, mais en se tenant hors de portée de mandales perdues, dénoncer la déchéance de la nationalité comme étant une mesure tantôt « inutile », tantôt « indigne ».

Terrorisme islamiste : le déni européen, par Yves Mamou

Si un groupe de terroristes juifs ou chrétiens perpétrait en Arabie Saoudite, en Egypte ou en Algérie, les mêmes attaques au couteau, à la voiture bélier ou à la kalachnikov que les Français et les Allemands subissent en ce moment, quelle serait la réaction de la population locale ? Elle n'est pas difficile à deviner. Des milliers, voire des centaines de milliers de musulmans enragés descendraient dans la rue tuer, éviscérer, abattre le premier juif ou chrétien qu'ils rencontreraient. En moins de 24 heures plus aucune église ou synagogue ne serait en mesure d'ouvrir ses portes : elles auraient été réduites en cendres.

Pour la BBC en Grande - Bretagne: « un migrant syrien meurt dans une explosion allemande .»
Il ne s'agit pas là de stigmatiser, mais d'expliquer ce que les terroristes recherchent. Gilles Képel professeur à l'Institut d'études politiques de Paris et spécialiste de l'islam et du monde arabe contemporain, explique que l'Etat islamique n'a qu'un seul souhait :
« déclencher la guerre civile. Une stratégie mise en place dès 2005... la multiplication des attentats aveugles va organiser des lynchages de musulmans, des attaques de mosquées, des agressions de femmes voilées et ainsi provoquer des guerres d'enclaves, qui mettront à feu et à sang l'Europe, perçu comme le ventre mou de l'Occident. C'est dans cette stratégie globale que s'inscrivent les attentats d'hier ».