1 déc. 2016

Ces dhimmis qui dirigent la France, par Yves Mamou

En France, les grandes chaînes de distribution de produits alimentaires et les importateurs ont désormais l'obligation légale d'étiqueter les produits en provenance de Judée, de Samarie, de Jérusalem-Est et des hauteurs du Golan.

Il est déroutant et inquiétant que la France ignore les 200 conflits territoriaux en cours dans le monde - y compris ceux qui ont lieu à sa porte -, et qu'elle choisisse de mettre en place une politique spécifique à l'encontre du seul Israël.

Le 24 novembre, le Journal officiel (JORF) a publié le règlement n ° 1169/2011, qui ordonne aux « opérateurs économiques » d'informer les consommateurs sur « l'origine des marchandises en provenance des territoires occupés par Israël depuis Juin 1967. »
Cette règlementation est la transposition de la Communication interprétative relative à l'indication de l'origine des marchandises issues des territoires occupés par Israël depuis juin 1967 publiée au Journal officiel de l'Union européenne (JO), le 12 novembre 2015. Cette « communication interprétative » indique que l'UE « ne reconnaît pas la souveraineté d'Israël sur les territoires qu'il occupe depuis le mois de juin 1967, à savoir le plateau du Golan, la bande de Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et ne considère pas que ceux-ci font partie du territoire d'Israël », par conséquent ajoute le texte, « les consommateurs, les opérateurs économiques et les autorités nationales sont demandeurs d'éclaircissements quant à la législation de l'Union régissant l'information sur l'origine des produits issus de ces territoires ».