2 janv. 2017

Abbas, ce gentil négociateur, par InfoEquitable

Le Fatah, parti qui contrôle l’Autorité palestinienne, a choisi d’ouvrir son congrès le 29 novembre, date anniversaire du plan de partage de la Palestine par l’ONU en 1947 que les Arabes refusèrent par refus de laisser s’établir un état juif. L’occasion pour la presse, AFP en tête, d’embrouiller le public quant à la vraie nature de ce parti, en présentant son président Mahmoud Abbas comme un « négociateur » en butte aux « colons » israéliens. Un autre pilier du mouvement, Marwan Barghouti, a carrément été promu comme le « Mandela palestinien » dans plusieurs médias. Il faut dire qu’un homme employé comme journaliste par l’AFP s’est même présenté aux élections du Fatah !

Le mensonge de la non-violence

Pour l’Agence France-Presse, Mahmoud Abbas « a de tout temps défendu la voie diplomatique et non-violente ». Ce mensonge, car ce n’est rien de moins, est énoncé dans l’article par lequel l’agence présentait les enjeux du congrès :

Abbas version AFP
[rappelons que l'Agence Franco-falastinienne de Propagande (AFP) est un organisme semi-gouvernemental - NdAdmin.]


Il faut croire qu’il y a plusieurs Mahmoud Abbas. Celui de l’AFP ne peut être le même que celui qui a attisé les violences en cours depuis 2015 en annonçant :
 
abbaspwjeru
Abbas, en VO : " Nous bénissons chaque goute de sang qui a été versée pour Jérusalem ! "
Ou alors, l’agence a une drôle de définition de la non-violence !