2 févr. 2017

Islamisation : la France m’inquiète… par Boualem Sansal

Il fallait qu’un écrivain lance un appel émouvant et lucide à notre pays, qu’il considère frappé par un aveuglement coupable envers des dérives et des dangers que ce citoyen algérien, qui n’a jamais quitté son pays, connaît trop bien. 

Boualem Sansal

Boualem Sansal est l’un des plus grands écrivains algériens de langue française. Il vit en Algérie. Le 13 décembre dernier, le romancier et essayiste était l’invité d’honneur de la Fondation Varenne, à Paris. Reconnue d’utilité publique, celle-ci se consacre, notamment, à la promotion du journalisme et remettait ses prix annuels du reportage à 26 lauréats. Ce fut l’occasion pour le romancier de publier un magistral discours dont nous reproduisons ici l’essentiel.

Je voudrais vous dire deux trois choses sur l’islamisme. Il y a d’autres sujets mais celui-ci les dépasse, il tient le monde en haleine, et la France en premier, elle est une pièce essentielle dans son programme de domination planétaire. C’est ici qu’il gagnera ou perdra face à l’Occident, il le croit, voilà pourquoi il s’y investit avec tant de rage, derrière laquelle cependant agit un monde étonnant de froide intelligence et de patience.

Question idiote, par Dry Bones

Seize pays, parmi lesquels six sur les sept listés par le président Trump, n'acceptent pas les passeports israéliens parce que leurs détenteurs sont des Juifs. 
Alors, où sont les manifestations ?

Les seize pays incriminés qui interdisent l'entrée à des personnes en raison de leur nationalité, ethnicité ou religion sont : Algérie, Bangladesh, Brunei, Iran, Irak, Koweït, Liban, Libye, Malaisie, Oman, Pakistan, Arabie Saoudite, Soudan, Syrie, Émirats Arabes Unis et Yémen.

Pour les médias traditionnels, une image est bonne à prendre si elle entre dans le narratif visé. Ainsi, la mode est à en faire des tonnes pour montrer « l’indignation du monde » contre le décret d’interdiction du territoire américain aux ressortissants de 7 pays musulmans.

40 bonnes âmes du camp du Bien manifestant devant l'ambassade américaine à Tel-Aviv. Elles devront bientôt se déplacer à Jérusalem…
Ainsi, en dépit d’avoir attiré seulement une petite quarantaine de personnes, les médias ont été très intéressés par une petite protestation en dehors de l’ambassade des États-Unis à Tel-Aviv contre l’arrêt temporaire du président Donald Trump sur les réfugiés.