3 févr. 2017

Qui est communautariste, Bensoussan ou Sifaoui ? par Jean-Pierre Lledo

J’ai longtemps hésité avant de commencer à écrire tant est incongru de mettre ces deux hommes sur le même plan, même de façon rhétorique… Mais ce qui m’a décidé est le fait que beaucoup de ceux qui ont porté aux nues le journaliste algérien pour ses positions anti-islamistes, se sont étonnés, voire offusqués qu’au lieu de défendre l’historien accusé d’arabophobie par un ministère de la justice française fortement sollicité par des organisations musulmanes de France, il ait abondé dans le même sens, allant même jusqu’à témoigner contre lui : mais quelle mouche l’aurait donc piqué ?

Le courageux Sifaoui ne dira rien des propos du sociologue d’origine algérienne Laacher qui explique que dans le monde arabo-musulman, l’antisémitisme  se trouve "dans l’espace domestique même, sur la langue et dans la langue", mais pourfendra allègrement le juif Bensoussan pour la même vérité.
Provenant du même pays que lui dont j’ai aussi la nationalité (certes difficilement accordée, compte tenu de mes origines non-musulmanes) et connaissant son parcours depuis plus de deux décennies, je crois pouvoir éclairer ce qui à certains semblent des ‘’contradictions’’…

Le Monde n’est pas un « journal de référence », par Freddy Eytan

Ces jours-ci, le journal Le Monde propose à ses lecteurs le Décodex, un moteur permettant de vérifier la fiabilité des sites d’information. Belle initiative, mais cet outil de vérification de l’information devrait, avant tout et en premier lieu, vérifier la véracité et la partialité de certaines informations parues dans cet organe de presse sur le conflit israélo-arabe.

Nous suivons depuis 1967 l’évolution éditoriale de ce quotidien français de « référence ». Nous avons dépouillé des séries d’articles et des caricatures, depuis l’époque de Hubert Beuve-Méry, le fondateur du journal, puis quand André Scemama était correspondant à Jérusalem, et Éric Rouleau au Caire. L’information sur Israël et sur les Arabes était traitée généralement différemment.
Elle était souvent partisane, disproportionnée et de mauvaise foi, en déformant systématiquement la réalité des faits sur le terrain. Dans un même article on offrait au lecteur des nouvelles et des commentaires à la fois. Aucune séparation, parfois le titre ne correspondait pas toujours au contenu.

Jérusalem est la capitale éternelle et indivisible du peuple juif, quoi qu’en dise Le Monde
De nombreux livres critiques ont été publiés, au fil des ans, sur ce journal « prestigieux » des « intellectuels de gauche ». Comment il avait traité les informations concernant d’autres sujets de la planète, les affaires, les crises, les conflits, ou les pays tels que la Chine, le Cambodge, le Rwanda ou le Portugal. En tous cas, il semble que la majorité des signataires de ces articles ne sont vraiment pas des journalistes indépendants, mais des idéologues prétentieux ayant des idées fixes et des préjudices bien solides.