5 févr. 2017

A l’adresse des Schmocks, par Olivier Ypsilantis

J'emprunte le texte qui suit à l'excellent blog Zakhor Online d'Olivier Ypsilantis. Caractériser l’idiot utile avec le néologisme ” unter-kretin ” est une trouvaille géniale dont je me servirai à l’occasion ; occasions qui ne risqueront pas de manquer.
***************************************************
La gauche française, cette bonne vieille, sucre les fraises. Il lui est arrivé d’être belle, flamboyante. Mais à présent elle radote et son dentier mal ajusté claque. Que faire ? Car son radotage ne connaît pas la pause. Cette gauche s’est faite donneuse de leçons, et c’est sans fin. Que faire ? Elle est montée en chaire après en avoir fait descendre peu aimablement le prêtre ; et elle s’est mise à pérorer, à pérorer et à pérorer, à distribuer bons et mauvais points, avec pour toute transcendance… elle-même !
Elle radote mais elle n’en est pas moins animée par une volonté de subjuguer ceux qui ne récitent pas ses mantras, en commençant par leur assener des qualificatifs destinés à leur clouer le bec puis à les écraser selon une technique strictement stalinienne. Cette gauche ne se préoccupe plus de connaissance ; et, à dire vrai, à quoi bon s’en préoccuper lorsqu’on prétend détenir la Vérité ! La posture morale permet de faire l’économie de la connaissance, l’épuisante connaissance, toujours à construire et à déconstruire, toujours en chantier et vers laquelle il faut néanmoins s’efforcer jusqu’à son dernier souffle.

Ainsi le terme « fasciste » est-il appliqué à tout propos. Ce terme — je me répète — a été concocté et frénétiquement assené par Staline et ses agents : il supposait condamnation à mort puis exécution ou, tout au moins, séjour plus ou moins prolongé dans un camp dont beaucoup ne sont pas revenus. Bref, la gauche vous traite volontiers de « fasciste » ou d’ « islamophobe » (et autres qualificatifs tirés de son lexique de propagande) pour un oui pour un non. Par exemple, le sioniste est un « fasciste » : il est responsable de l’ « oppression » voire du « génocide » des Palestiniens.