24 févr. 2017

Jours fériés musulman et juif : quand Terra Nova fait le jeu des Frères musulmans, par Gilles William Goldnadel

« Putain je suis dégoûté, j'aurais tellement voulu qu'il soit d'extrême droite ! » On se souvient sans doute de ce tweet rageur d'un journaliste de l'Obs apprenant soudainement l'origine de l'auteur des massacres de Toulouse. Il signifiait en creux que le sort des victimes lui était moins important que la personnalité du bourreau. Qu'en réalité, le racisme inhérent à l'acte lui était indifférent. 

L'invraisemblable responsabilité, l'incommensurable fatuité et la stupide mauvaise foi de la partie du monde médiatique qui a fait de l'antiracisme non seulement son fonds de commerce mais encore un moyen de terroriser ses adversaires.
 Dans nombre de journaux soi-disant antiracistes de la semaine, à commencer par Libération, tandis qu'on abuse des circonlocutions et des circonvolutions pour tenter de minimiser l'ignominie raciste, sexiste et antisémite du discours de Mehdi Meklat, le même relent rageur déborde avec aigreur : " la fachosphère exulte ! " Comme si, l'extrême gauche dédaignait d'utiliser les faits au service de sa cause. Comme si, Libération n'avait pas tenté de faire de Breivik le parangon du terrorisme blanc, comme si le monde n'avait pas publié une liste d'intellectuels qui auraient tenu la main du Norvégien, comme si d'autres n'avaient pas instrumentalisé, au besoin en triturant les faits, une rixe entre nervis bruns et nervis rouges pour faire de Clément Meyric un martyr du fascisme et de l'UMP réunis.
La ficelle est vieille comme Staline, usée jusqu'à la trame, d'expliquer que de révéler les crimes du goulag va faire jouir le bourgeois. Surtout ne pas désespérer Billancourt. Ou Trappe.

L'hémiplégie morale du notable, cette maladie incurable, par G.W. Goldnadel

Trop c'est trop. Depuis 30 ans, j'aurais passé une bonne partie de ma vie intellectuelle à mettre en garde ma communauté originelle contre les mauvais guides qui l'auront égarée.


La focalisation obsessionnelle opérée sur la seule extrême droite aura fait profiter à l'islamo-gauchisme d'un angle mort obtus à l'abri duquel celui-ci se sera développé sans se heurter à la moindre résistance juive.

Dans le même temps, et pour les mêmes mauvaises raisons, une partie de la communauté juive dite organisée, par un prêchi-prêcha aussi angélique que bêta, aura empêché l'État démocratique de faire respecter les lois républicaines en matière de régulation des flux migratoires. Catastrophes en chaîne : une immigration islamique incontrôlée, une montée de l’antisémitisme antisioniste, un clientélisme pro-islamique tenant compte des nouvelles réalités démographiques, un terrorisme islamiste sanglant dont les juifs sont les premières victimes, une communauté juive désemparée.