2 mars 2017

Scandinavie : citadelle occidentale de l'antisémitisme, par Giulio Meotti

Le 12 Janvier, le journal norvégien Aftenposten a publié un article sur Jared Kushner, le gendre du président américain Donald Trump et son conseiller principal : Aftenposten a écrit : « le Juif Kushner aurait milité pour la nomination de David M. Friedman au poste d'ambassadeur en Israël ». Le journal a par la suite présenté ses excuses pour avoir appelé Kushner « le juif ».

Quelques semaines auparavant, le conseil municipal de Trondheim, troisième ville de Norvège, a adopté une motion demandant à ses habitants de boycotter les produits israéliens – Trondheim, est une ville qui aspire à être « délivrée d'Israël ». Peu après, le conseil municipal d'une autre ville norvégienne, Tromso, 72.000 habitants, a adopté une motion semblable. Un sondage a révélé que plus de 40% des Norvégiens boycottent déjà les produits israéliens ou sont en faveur du boycott.

En janvier 2009, la populace arabe de Malmö a agressé des manifestants juifs avec des bouteilles, des œufs et des grenades fumigènes. La police a repoussé les Juifs qui avaient le droit de manifester dans une contre allée.
Que diable se passe-t-il en Scandinavie, notamment en Norvège et en Suède, deux bastions du politiquement correct et deux champions du multiculturalisme qui, selon le Global Peace Index, sont les pays les plus « pacifiques » du monde? « La société la plus réussie que le monde ait jamais connu », comme l'a écrit The Guardian à propos de la Suède, a pourtant une face sombre : la diffamation d'Israël et l'antisémitisme.