16 avr. 2017

Les idiots utiles du BDS au Haaretz, par Ben-Dror Yemini

Cette semaine, Le Monde a publié une interview d'Omar Barghouti, l'un des leaders de BDS. Son argument, en substance, est qu'il n'y a pas de problème avec les Juifs vivant comme une minorité sous la domination arabe dans l'état exemplaire, qu'il vise à créer.
 
Le soutien au boycott devient la ligne centrale du Haaretz.
Il a expliqué que les Juifs, « n'ont pas souffert dans les pays arabes. Il n'y avait pas de pogroms. Il n'y avait pas de persécution. Et en général, les Juifs en tant que minorités ont prospéré en Europe et aux États-Unis. » Alors, quel est le problème ? Vous pouvez, s'il vous plaît, vivre comme une minorité dans une démocratie arabe, qui est connue pour sa protection des minorités, en particulier si elles sont juives.

L'homme souffre d'une double cécité -- à la fois au passé et au présent. Il est douteux qu'il existe une communauté juive sous domination musulmane qui n'ait pas souffert de la persécution, avec ou sans rapport avec le Sionisme. La liste est longue. Et le chef du mandat britannique de l'époque le Comité arabe supérieur, Hadj Amin al-Husseini, était en fait un fan bien connu des Juifs. Voilà pourquoi il a apparemment conduit le pogrom contre les Juifs de Bagdad en 1941, le « Farhud », et de là s'est rendu à Berlin pour transformer plus de musulmans en nazis. Il a également écrit ses plans pour détruire tous les Juifs des pays arabes.

Mélenchon, les Juifs et le « peuple supérieur », par François Heilbronn

On a beaucoup parlé des complaisances de Jean-Luc Mélenchon pour la politique criminelle de Bachar al-Assad en Syrie, mais aussi pour l’Iran et pour Poutine.

On a beaucoup évoqué -– et on a eu bien raison -– cette « alliance bolivarienne » où entrerait la France une fois qu’elle aurait quitté la trop « américaine » OTAN et qui ferait de nous les alliés de dictatures sud-américaines.

Mais il y a une dernière chose que je ne veux pas oublier, en cette veille d’élection : c’est les complaisances de Jean-Luc Mélenchon pour les manifestations antisémites de l’été 2014 ; ce sont ses propos caricaturaux, à l’époque, contre certains juifs ; et c’est sa volonté de stigmatiser la solidarité des Français juifs avec Israël.

Celui qui soutenait les manifestations pogromistes et antisémites de l’été 2014
Rappel, donc. En réaction aux manifestations pro-Gaza de juillet 2014 où plusieurs incidents violents ont eu lieu dans Paris et à Sarcelles aux cris de « Mort aux Juifs», voici les réactions de Mélenchon. Lisez tout.

C'est l'islam qui sature l'Europe, pas le christianisme, par Giulio Meotti

Selon Steve Bannon, conseiller stratégique du président américain Trump, « l'Occident judéo-chrétien s'effondre, il est en train d'imploser. Il implose sous nos yeux. Et le choc sera énorme ».

 
Des centaines de musulmans ont prié publiquement à côté du Colisée, à Rome, le 21 Octobre 2016. (Image source : Ruptly video screenshot). Yousouf al Qaradawi, le prédicateur le plus influent de l'islam sunnite, a déclaré que le jour viendra où Rome sera islamisée.

L'impuissance et la fragilité de notre civilisation hantent nombre d'Européens.
Pour l'historien David Engels, l'Europe aura le destin de l'ancienne République romaine : la guerre civile. Partout, les signes de fracture sautent aux yeux. Les djihadistes s'attaquent aux libertés et aux démocraties laïques. La crainte envahit l'imaginaire collectif des Européens. Une enquête en ligne menée dans dix pays européens sur un panel de plus de 10.000 personnes a révélé une opposition croissante de la population à l'immigration musulmane. L'Institut royal des affaires internationales de Chatham House qui a mené l'enquête a souhaité savoir si « les mouvements migratoires en provenance de pays musulmans devaient être stoppés ». Tous pays confondus, la réponse a été positive à plus de 55% .

François Fillon, tenez bon ! par Emmanuel Navon

Emmanuel Navon est enseignant à l’Universite de Tel-Aviv et au Centre interdisciplinaire de Herzliya, Senior Fellow au Forum Kohelet, et analyste pour la chaine i24news. Il explique pourquoi il soutient François Fillon.

François Fillon est le seul à reconnaître les problèmes réels et à leur apporter des solutions crédibles
Il aura fallu beaucoup de colère froide pour me pousser dans l’arène de l’élection présidentielle française (qui me regarde peu) et pour me faire prendre la parole dans un journal français (chose que je fais rarement). En tant qu’Israélien, j’ai l’habitude des sermons proférés à mon pays. L’amitié, nous dit-on, justifie la franchise. Soit, mais que cela soit réciproque : c’est donc en ami de la France que je vous donnerai mon avis franc sur votre campagne électorale.

Ces clichés du ghetto de Lodz d’un photographe Juif, par Solange Hendi

Le site CURIOCTOPUS nous livre quelques clichés insensés pris en cachette par un photographe juif dans le ghetto de Lodz.

Tout a commencé avec l’invasion de la Pologne en 1939: ici commence la folie d’Hitler contre la population juive, et pas seulement. C’est dans une ville en particulier que les nazis ont créé l’un des premiers ghettos: nous parlons de Lodz, l’une des plus grandes villes en Pologne, où se concentraient d’importantes usines.

A Lodz, vivait un photographe du nom de Henryk Ross qui a réussi à documenter les premiers moments de l’invasion: ne sachant pas comment cela se terminerait, s’il serait déporté ou tué, il a décidé d’enterrer tous les négatifs des photos prises, qui aujourd’hui sont d’importants témoignages sur ce qui se passait en Pologne quand le nazisme prenait pied. 

Avant l’invasion, Henryk Ross était un photographe sportif et de nouvelles. En 1939, il a été engagé par le Département des statistiques, pour une tâche spécifique. Il devait documenter tout ce qui se passait et ce que subissaient les Polonais.
image: Art Gallery of Ontario Photo: la police du ghetto escorte les résidents pendant une déportation. Art Gallery of Ontario, Gift from Archive of Modern Conflict, 2007. 2007.160.21. © Art Gallery of Ontario Courtesy, Museum of Fine Arts, Boston

Nos soldats ne prennent pas de vacances ! par Boker Tov Yerushalayim

Comme vous le savez, lors du Seder de Pessah, nous versons un peu de vin dans un saladier à l’annonce de chacune des plaies et au fur et à mesure, nous le noyons en y rajoutant de l’eau,   pour finalement jeter tout le contenu, symbolisant ainsi la disparition de toutes les plaies.
Les 10 plaies d’Égypte
Ma belle-fille ‘Hani a instauré une nouvelle coutume: à chaque fois qu’on verse le vin, elle prononce le nom d’une organisation terroriste qui va se retrouver, elle aussi, symboliquement noyée. Malheureusement il y en bien  plus que de plaies et nous devons en rajouter à chaque fois une ou deux.*