19 avr. 2017

A Pâques, l’AFP s’égare à Jérusalem, par InfoEquitable

[note de l'administrateur : la désinformation systématique concernant Israël est devenue une habitude de la presse conforme, convenue mais non convenable. En conséquence, ce blog contient de nombreux articles concernant la scélératesse de ces pisse-copie qui se croient autorisés à instiller leur idéologie aux dépens de l'information.
C'est pourquoi je replacerai en chapeau des articles traitant de ce sujet un rappel de la charte de Munich censée réguler l’exercice du journalisme au quotidien. L’ennui est que cette charte n’est pas contraignante : pas d’ordre censé la faire respecter, donc aucun contrôle, donc aucune sanction. Garantis de leur impunité, pourquoi les propagandistes se gêneraient-ils ? 
Article 8 : s’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondements ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information.
Article 9 : ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste.]


Deux attentats islamistes simultanés contre les coptes d’Egypte faisant des dizaines de morts dans les églises lors du dimanche des Rameaux sont venus rappeler à quel point l’AFP s’égarait lorsqu’elle fustigeait, comme elle le faisait trois jours auparavant, Israël accusé de discriminer les chrétiens à Jérusalem. La dépêche pascale de l’agence s’intitulait : Des chrétiens plaident pour « Jérusalem ouverte » avant Pâques
Pèlerinage chrétien à Jérusalem lors du dimanche des Rameaux précédant Pâques. Source : Wikimedia Commons
  Est-ce à dire que Jérusalem serait fermée aux chrétiens ?
Pour appuyer ses dires, l’agence donne la parole à Nora Karmi, « active dans la communauté chrétienne de la Ville sainte. » Ce que ne dit pas l’AFP, c’est que Mme Karmi n’est pas une chrétienne lambda rencontrée au hasard.


Yasser Arafat, un faux héros, un seigneur de la corruption, par Noor Dahri


L'Autorité palestinienne (AP) se fut une fois appelée 'Organisation de libération de la Palestine' (OLP). Elle était présidée par Yasser Arafat, un héros du mouvement de la résistance palestinienne, un parrain de la lutte palestinienne pour la libération et une figure idéologique pour presque tous les jeunes palestiniens. Très peu de gens savaient que Yasser Arafat était un faux héros, un seigneur de la corruption et un véritable parrain du terrorisme palestinien.
Deux visages, deux langues et deux ensembles de promesses.
La direction palestinienne sous Yasser Arafat a reçu des millions et des millions de dollars chaque année de la part des pays occidentaux et du monde musulman. Le monde musulman considéré Arafat comme un héros de Jérusalem et même ils l'ont considéré comme un deuxième Saladin qui enfin libérera leur terre de l'occupation juive. Le monde musulman connaissait très peu ou rien du tout de la double face de Yasser. Des dirigeants comme lui ont deux visages, deux langues et deux ensembles de promesses. Quand ils communiquent avec la communauté internationale, ils utilisent un ensemble de langues et de valeurs, et font des déclarations et engagements relatifs à un désir de coexistence pacifique. Quand ils tournent leurs visages vers leurs propres nations, ils montrent un visage monstrueux. Quand ils traitent leur peuple, ils ne parlent jamais de la paix, l'incitation  de leur peuple envers le terrorisme. Et ils sont encore mieux placés pour  s'enrichir au détriment du bien-être de leur peuple.

La ville a donné comme motif du refus d’autoriser la marche le fait que la police ne pouvait pas garantir la sécurité des participants.
ROTTERDAM (EJP) --- Une marche silencieuse et pacifique pour Israël organisée par un groupe de Chrétiens hollandais à Rotterdam n'a pas été autorisée par la ville. La marche entendait protester samedi contre la tenue dans la ville d’une conférence de Palestiniens en Europe organisée par un groupe représentant les intérêts en Europe de Hamas, groupe figurant sur la liste de l’Union européenne des entités terroristes.

Le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb et les ministres de l'Intérieur et de la Justice, ont rejeté les appels d’organisations juives et de politiciens hollandais pour interdire la conférence, organisé par le ‘’ Centre de retour palestinien ’’ basé à Londres (RPC), un groupe qui est considéré par les sources de renseignements occidentales comme un groupe de soutien du Hamas. Ces organisations affirment qu’une telle conférence pourrait encourager l'antisémitisme et les groupes terroristes parmi les jeunes.

Le New York Times a les yeux de Chimène pour Marwan Barghouti, le terroriste palestinien par excellence, par Hélène Keller-Lind

[note de l'administrateur : la désinformation systématique concernant Israël est devenue une habitude de la presse conforme, convenue mais non convenable. En conséquence, ce blog contient de nombreux articles concernant la scélératesse de ces pisse-copie qui se croient autorisés à instiller leur idéologie aux dépens de l'information.
C'est pourquoi je replacerai en chapeau des articles traitant de ce sujet un rappel de la charte de Munich censée réguler l’exercice du journalisme au quotidien. L’ennui est que cette charte n’est pas contraignante : pas d’ordre censé la faire respecter, donc aucun contrôle, donc aucune sanction. Garantis de leur impunité, pourquoi les propagandistes se gêneraient-ils ? 
Article 8 : s’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondements ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information.
Article 9 : ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste.]



Pour être informé, ne surtout pas lire le New York Times. Avec ses cent soixante-six ans, ses quelque mille journalistes, plus d’une centaine de prestigieux Prix Pulitzer à son actif, ce grand journal américain se targue de « publier toutes les nouvelles qui méritent de l’être ». Selon Wikipédia, il passe pour « le journal de référence des Démocrates et des Républicains modérés ». Or, à raison, le Président Donald J. Trump l’a souvent accusé de s’être disqualifié le concernant. Dans son édition du 17 avril 2017, le quotidien démontre à nouveau son manque total de fiabilité, cette fois en blanchissant le terroriste Marwan Barghouti. Réplique cinglante de Benyamin Netanyahu.