28 avr. 2017

Les sénateurs américains exigent que l'ONU mette fin à la " partialité anti-israélienne ", par i24NEW

Les cent sénateurs des États-Unis ont exigé dans une lettre envoyée vendredi au secrétaire général de l'ONU, António Guterres, que les Nations unies réforment leur institution et mettent fin à la partialité anti-israélienne qu’ils jugent "inacceptable".
"Par des mots et des actions, nous vous invitons à veiller à ce qu'Israël ne soit pas mieux traité ni moins bien que tout autre membre de l'ONU en règle", stipule la lettre, rédigée par Marco Rubio et Christopher A. Coons.

United Nations Secretary General Antonio Guterres addresses The World Jewish Congress on April 23, 2017 in New York - KENA BETANCUR (AFP)

La lettre condamne plusieurs " comités permanents, qui servent souvent rien d’autre que d'attaquer Israël et de renforcer le mouvement anti-israélien de boycott, de sanctions et de désinvestissement (BDS) ". " En tant que principal membre fondateur de l'ONU et son plus grand contributeur, Les États-Unis devraient insister sur sa réforme ", a déclaré la lettre. " Nous sommes profondément attachés au leadership international et à l'avancement du respect des droits de l'homme. Mais le ciblage continu d'Israël par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU et d'autres entités de l'ONU est inacceptable ".

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres s’est engagé dimanche à lutter contre la partialité anti-Israël à l’ONU et a ajouté que l’État juif devait être traité comme n’importe quel Etat membre. Durant l’assemblée plénière du Congrès juif mondial à New York à l’occasion de Yom HaShoah, le chef de l’ONU a déclaré qu’en tant que secrétaire général, il sera " en première ligne du combat contre l’antisémitisme ", et il a qualifié sa recrudescence en Europe et aux États-Unis d’" absolument inacceptable ". Il a promis qu’il " s’assurerait que les Nations unies soient en mesure de mener toutes les actions possibles pour que l’antisémitisme soit condamné, et si possible, éradiqué de la surface de la Terre ".

Guterres a déclaré que " malgré le choc de l’Holocauste, l’antisémitisme n’est jamais mort ", et a ajouté qu’il était " bien vivant aujourd’hui ". Il a évoqué le discours raciste sur internet, les attaques qui ciblent la communauté juive, et la destruction de monuments et de cimetières juifs. Guterres a ajouté qu’il " garantira " que ceux qui travaillent sous ses ordres se plieront aux principes qu’il juge justes. " En tant que secrétaire général des Nations unies, je considère que l’État d’Israël doit être traité comme tous les autres états ", a-t-il déclaré, déclenchant un tonnerre d’applaudissement.

Il a souligné qu’Israël avait " incontestablement le droit d’exister et de vivre en paix et en sécurité avec ses voisins ", et que " le refus de reconnaître l’État d’Israël est une forme moderne d’antisémitisme ".

http://www.i24news.tv/fr/actu/international/143879-170428-les-senateurs-us-exigent-que-l-onu-mette-fin-a-la-partialite-anti-israelienne 

L’Unesco s’apprête à voter une résolution qui conteste la souveraineté israélienne sur tout Jérusalem, par la rédaction de Tel-avivre

[NdA : Grâce à sa majorité automatique antisiomite, l'Unescroc se prépare une fois encore à se couvrir d'infamie et de ridicule.]

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) devrait voter mardi prochain, le Jour de l’indépendance d’Israël, une résolution qui s’oppose purement et  simplement  à la souveraineté israélienne sur toute la ville de Jérusalem….



L’Algérie, l’Égypte, le Liban, le Maroc, l’Oman, le Qatar et le Soudan ont présenté à l’Unesco il y a quelques mois la résolution au nom des Palestiniens et un nouveau projet a été co-écrit en mars avec des pays européens.

Lors de la prochaine réunion du Conseil exécutif de l’Unesco qui se tiendra à Paris  le premier mai prochain (ironie du calendrier puisque ce sera aussi la date de l’indépendance d’Israël), cette nouvelle résolution doit être soumis au vote. Son texte  stipule que « toute mesure prise par Israël, la Puissance occupante, pour imposer ses lois, sa juridiction et son administration à la Ville de Jérusalem, est illégale et donc nulle et sans valeur ».