3 mai 2017

Qui se ressemble s'assemble, par Dry Bones


Le Hamas a remercié la Corée du Nord pour son soutien à la cause falastinienne, en disant qu'Israël était  « le leader du mal et du terrorisme dans le monde ».

Qui se ressemble s'assemble.

http://www.timesofisrael.com/hamas-thanks-n-korea-for-its-support-against-israeli-occupation/ 

La CGT crache aussi sur les tombes, par Benoît Rayski

[NdA : Le dernier gazouillis de la CGT est un croassement abject. Cela m'a incité à rechercher un article de Benoît Rayski sur un événement datant d'un an. Édifiant, mais au fond peu surprenant.]

La presse et les sondages énumèrent depuis des semaines les raisons qu'on pourrait avoir de ne pas aimer la CGT. Elle bloque les raffineries et les trains. Elle manifeste accompagnée de casseurs violents, alors que son service d'ordre (connu pour sa brutale efficacité) aurait vite fait de les ramener à la raison. Elle abîme par ses opérations coups de poing l'image de la France en la salissant avec des grosses tâches.
Mais la CGT peut aussi faire dans le dégueulasse.

Le dernier exploit des antisiomites de la CGT.

C'est ce qui s'est passé ce week-end à Millau dans l'Aveyron. Une cérémonie y était organisée pour honorer les Juifs de la région partis sans billet de retour pour Auschwitz. Et pour rajouter des noms sur une plaque qui en contient déjà beaucoup. Bernard Cazeneuve était présent. A quelques dizaines de mètres de là une trentaine de militants du syndicat épaulés par l'extrême gauche locale s'étaient rassemblés.

Des enfants des écoles chantèrent Nuit et Brouillard de Jean Ferrat. Les sirènes des cégétistes hurlèrent avec en fond les quolibets des manifestants. Les écoliers psalmodièrent un par un les noms des déportés disparus : il y avait des enfants parmi eux. Les sirènes et les hurlements redoublèrent d'intensité.

Un des organisateurs de la cérémonie s'approcha d'eux et leur fit remarquer qu'on célébrait la mémoire de Juifs assassinés et qu'un peu de silence s'imposait. On ricana. Il leur dit qu'en couvrant de leurs bruits la chanson de Jean Ferrat, une icône de la mémoire communiste, c'est leur propre mémoire qu'ils piétinaient. On lui conseilla d'aller se faire f… 

Front républicain: inventaire avant liquidation, par Oudy Ch. Bloch

Sans doute la dernière fois que ça marche.

Je me souviens d’avril 2002 et des longs cortèges de manifestants criant leur peur de voir la France gouvernée par le Front national de Jean-Marie Le Pen. De 4,8 millions d’électeurs en 2002, le Front national est passé à 7,6 millions d’électeurs le 23 avril 2017. Près de 3 millions d’électeurs en plus en 15 ans. Pourquoi ?

Manifestation contre le Front national à Paris, mai 2017. SIPA

Parce que Marine Le Pen a « dédiabolisé » le Front national et l’a transformé en mouvement Bleu Marine ? Parce qu’elle s’est entourée d’une jeune garde de hauts fonctionnaires qui n’ont pas été élevés aux chants de la Waffen-SS édités par la SERP, le label créé par son père en 1963 ? Peut-être, mais pas seulement.

Vel’ d’hiv’: la France et les Français doivent reconnaître leur culpabilité, par Guy Sitbon

De la Révolution de 1789 à ce jour, pas un homme politique n’a été aussi populaire, aussi aimé en France que le maréchal Pétain. De 80 à 90% de soutien au moins jusqu’à fin 1942 (rapports des préfets). Ni Thiers, ni Clémenceau, ni De Gaulle ne lui arrivent à la cheville avec son portrait dans presque tous les foyers. Est-ce qu’il a représenté « la France » ?

Jacques Chirac assiste à la cérémonie commémorative de la rafle du Vel' d'Hiv', juillet 1995. SIPA.

Le Général parlait au nom de la France libre, pas au nom de la France

 

De l’armistice à novembre 1942, Pétain possédait une armée de 600 000 hommes (100 000 en métropole, le reste dans l’empire), avec ses États Majors, ses généraux (dont les maréchaux Juin et De Lattre de Tassigny), son armement, sa marine et son aviation. Il leur est arrivé de se battre. Toujours dans le camp de l’Axe, contre les Alliés. Après la bataille de Narvik (avril/mai 1940), 100 000 soldats français se trouvent sur le sol britannique. De Gaulle, qui parlait déjà « au nom de la France Libre » (pas de la France), fait appel à eux. Mais 98 % d’entre eux choisissent de rentrer au pays derrière le maréchal. Un seul magistrat a refusé de prêter serment, Paul Didier. Un seul préfet, Jean Moulin. Même unanimité parmi les ambassadeurs et policiers. Lisez Paxton ou simplement les Mémoires de guerre du général De Gaulle, tout y est. Le Général parlait au nom de la France éternelle, de la France Libre, de la France Combattante, pas au nom de la France.

L’indécente visite d’Emmanuel Macron au Mémorial de la Shoah, par Barbara Lefebvre

Que fera-t-il pour protéger les Français juifs d’aujourd’hui ?

 

L’indécence du lamento sans larme des politiciens qui visitent le Mémorial de la Shoah atteint ses limites quand tout le gratin communautaire se presse servilement autour d’un candidat à la présidentielle à sept jours du scrutin. Spectacle navrant que celui offert ce dimanche aux yeux des Français et parmi eux des Français juifs. Propos d’une banalité affligeante, réitération sans fin et sans effet des mêmes formules creuses : devoir de mémoire, plus jamais ça, victimes de la barbarie, etc. Ca fait trente ans que les politiques les répètent, accompagnés du rassurant « les Juifs ont toute leur place en France ». Encore heureux et « bien le merci » d’accorder aux Français juifs, enracinés depuis des siècles dans ce pays, une place de citoyens à part entière.

Emmanuel Macron au Mémorial de la Shoah, avril 2017. SIPA
Ils l’ont méritée par leur loyauté indéfectible à la République laïque, par leur assimilation profonde à l’univers culturel français et par leur contribution à son rayonnement mondial. Ils l’ont aussi méritée car ils ont combattu pour elle lors de deux guerres mondiales, y compris comme volontaires et résistants en 1940 quand rien ne les y obligeait sinon l’amour de la patrie. La fidélité et la reconnaissance envers ce pays qui avait fait d’eux des citoyens émancipés. Le patriotisme des juifs de France ne s’est jamais démenti, et c’est bien ce qui rend leur amertume actuelle si grave, si bouleversante, si alarmante.