10 juin 2017

Elisabeth Guigou voilée à la mosquée : le coup de gueule de Céline Pina

[NdA : de la part de Guigou, anti-israélienne notoire -- depuis au moins 5 ans, elle milite pour le boycott des biens produits par des Juifs de Judée, de Samarie et de l’est de la capitale d’Israël ; elle s’oppose également aux poursuites pénales contre les délinquants du mouvement illégal antijuif BDS ; avec Jean Glavany, elle a diffamé Israël, en l'accusant de mener un « apartheid de l’eau » -- cette nouvelle trahison des idéaux républicains n'étonne pas.]

Elisabeth Guigou est candidate aux législatives dans la 6ème circonscription de Seine-Saint-Denis. Dans ces circonscriptions de banlieue, depuis longtemps, faire de la politique se résume à gérer des clientèles. Et ce, dans un département où l'ampleur des démissions collectives des élus de droite comme de gauche, a fait de ce territoire sinistré le laboratoire des stratégies d'influence des islamistes. Or la candidate du PS, fragilisée par l'émergence d'En marche, craint que son renouvellement ne soit pas assuré. Faute de parole politique forte et de projet réel, elle ne voit de salut que dans le clientélisme à outrance. Elle a donc besoin de donner des gages aux éléments les plus religieux de la communauté musulmane. Ceux qui transformeront peut-être une marque de soumission en manne électorale. Un geste fort valant mieux qu'un long discours, non contente de se rendre à la mosquée pour faire campagne, elle s'est voilée. Pour Henri IV, Paris valait bien une messe. Pour Elisabeth Guigou, le poste et les avantages de député de la Seine-Saint-Denis valent bien une mosquée et le mépris de l'égalité femmes/hommes. 

Quand on est fière de son identité de femme, on ne se voile pas la face, y compris (et surtout) dans les pays arguant de l'infériorité de la femme par rapport à l'homme, de son impureté et de son impudicité fondamentale.
Il faut dire qu'elle avait bien des choses à se faire pardonner : le fait d'avoir soutenu Manuel Valls à la primaire et salué sa vision de la laïcité est considéré comme rédhibitoire par la plupart des associations dites musulmanes de Seine-Saint-Denis, associations regroupées au sein de l'UAM 93, laquelle se distingue par une vision rigoriste de l'Islam, est en pointe dans la revendication d'une loi sur le blasphème, comme sur le combat contre la loi sur le voile à l'école. Il s'agit donc aujourd'hui, pour la candidate du PS, de faire oublier cette erreur de parcours et de donner des gages à une communauté, qui dans sa vision, ne saurait être que soumise au dogme, dont les femmes sont forcément voilées et que l'on n'approche qu'en compagnie de dignitaires religieux.

Les abjectes comparaisons d'un commissaire du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU, par UN Watch

Les comparaisons des anti-israéliens, aussi abjectes qu'infondées.
Le groupe de surveillance UN Watch a interpellé aujourd'hui au Conseil des Droits de l'Homme des Nations unies le Haut (?!?) Commissaire Zeid Ra'ad al hussein, ancien ambassadeur de Jordanie et membre de la famille royale, lui demandant de présenter des excuses pour les remarques « profondément offensantes » dans lesquelles il a comparé « souffrance des Palestiniens » avec la Shoah et les camps de réfugiés palestiniens avec Auschwitz et Buchenwald.
Cette odieuse analogie a été immédiatement approuvée par le Qatar.

Réponse de Hillel Neuer, de l’organisation UN Watch :