11 juin 2017

Les 50 ans de la Guerre des Six Jours. Et après ? par Daniel Pipes

Le triomphe remporté par l'armée israélienne sur trois États ennemis en juin 1967 constitue la victoire militaire la plus retentissante de toute l'histoire. La Guerre des Six Jours a eu aussi des conséquences importantes pour le Moyen-Orient : elle a assuré la permanence de l'État juif, a porté un coup fatal au nationalisme panarabe et, paradoxalement, a dégradé la place d'Israël dans le monde en raison de l'occupation de la Cisjordanie et de Jérusalem.

Symbole de la victoire : Moshe Dayan devant le Kotel à Jérusalem.
Concentrons-nous sur le dernier point : comment une victoire militaire spectaculaire a-t-elle pu engendrer des problèmes qui tourmentent aujourd'hui encore Israël ? Cette victoire a donné aux Israéliens un rôle qu'ils ne voulaient pas jouer mais auquel ils ne pouvaient échapper.

Les Jihadistes à l'assaut de l'Europe ? par Giulio Meotti

« L'Allemagne met tranquillement en place une armée européenne qui sera sous son commandement », indiquent certains médias. Après son affrontement avec le président américain Donald Trump, la chancelière allemande Angela Merkel, semble avoir pris le parti d'investir, aux côtés de la France, dans une armée européenne.

La moitié des soldats français mobilisables pour une opération militaires est déployée en France. (Photo de Jeff J Mitchell / Getty Images)

Mais aujourd'hui, la seule armée authentiquement européenne en activité est l'armée jihadiste qui a assassiné sept personnes à Londres le 3 Juin, deux semaines seulement après le carnage de Manchester.

Les quatre pays européens les plus visés par les attentats terroristes -- Grande-Bretagne, France, Belgique et Allemagne -- comptent 66'000 extrémistes officiels. Une authentique armée, en service actif qui plus est.

Salman Rushdie s'inquiète de «l'aveuglement stupide» de l'Occident face au djihadisme, par Thomas Romanacce

L'auteur britannique de Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, commente dans un entretien accordé à L'Obs la crise politique et religieuse qui se profile dans les pays européens où « l'islam s'est radicalisé ».
 
Sous la menace d'une fatwa depuis 27 ans. (photo Alfredo Estrella/AFP)
« Il faut arrêter l'aveuglement stupide face au djihadisme qui consiste à dire que cela n'a rien à voir avec l'islam », affirme avec conviction l'écrivain britannique Salman Rushdie lors d'un entretien accordé à L'Obs. « Je suis en désaccord total avec ces gens de gauche qui font tout pour dissocier le fondamentalisme de l'islam », ajoute l'auteur de Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits.

Fête des Tuiles à Grenoble : un char antisémite dans le défilé officiel organisé par la mairie EELV, par Christian Larnet

Les actions d’appel au boycott sont interdites, en France. L’organisation BDS a été reconnue comme organisation antisémite. Mais rien n’y fait. Les islamo-gauchistes sont aujourd’hui la force politique la plus antisémite de France, car elles sont implicitement soutenues par la presse qui ne les dénonce jamais en raison de leur proximité politique.

Les délinquants se victimisent.
 
Inepte saynète de patronage.

Aucun sympathisant du FN soupçonné de propos tendancieux ne peut passer au travers des mailles du filet des organisations anti-racistes, ni de la LICRA, et les médias se jettent immédiatement sur eux pour les détruire. Les propos tendancieux à gauche, ceux des musulmans, ont libre court –- se souvenir de l’immonde Bondy Blog et des personnalités morale de la gauche (y compris Taubira) qui ont pris la défense des insultes antisémites et homophobes de Mehdi Meklat, en piétinant les valeurs qu’ils défendent.

Le maire de Grenoble, Eric Piolle, est l’exemple parfait de cet islamo-gauchisme. Encarté EELV, le parti où se comptent le plus grand nombre d’antisionistes, c’est à dire d’antisémites déguisés, a accepté, au mépris de la loi qu’il représente, au mépris de la décence, au mépris des droits de l’homme, un char qui incite à la haine d’un peuple en raison de son appartenance.

Et ne comptez pas sur les grands médias pour le traiter de salaud : c’est à la fâcheuse sphère de se taper le sale boulot.

Tunnels découverts à Gaza : oups, encore un coup du Mossad ? par Line Tubiana

Le porte-parole L’UNRWA, Christopher Gunness, a déclaré : « Le 1er juin, l’UNRWA a découvert un tronçon d’un tunnel dont le tracé était adjacent à deux écoles de l’agence dans le camp de réfugiés de Maghazi ».
 
Le Maussade a encore frappé avec sa baguette magique.
Afin d’atténuer la dureté de cette déclaration et ne pas porter un préjudice trop violent au chouchou de l’organisme, le Hamas, il a quand même précisé qu’une inspection avait montré « que ce tunnel n’a pas de point d’entrée ou de sortie dans le secteur des écoles et n’est pas relié à ces établissements ou à d’autres bâtiments ». Ouf, c’est clair, c’est moins grave et ça change tout !

La présence de ces tunnels viole la règle de neutralité des agences de l’ONU, et enfreint l’obligation du respect des privilèges et de l’immunité des Nations unies aux termes du droit international. Ces tunnels ont été constatés par l’UNRWA, et leur localisation a un nom bien précis : utiliser des boucliers humains. L’importance du danger de ces tunnels pour Israël, rend évidente leur qualité de cible de guerre.

Le Hamas qui n’a peur de rien, surtout pas du mensonge éhonté dément tout en bloc et accuse l’UNRWA de fournir des arguments à Israël pour « justifier ses crimes ».

Ce n’est pas tout, et c’est là que le Mossad intervient. Un communiqué précise : « Le Hamas a vérifié avec toutes les factions et toutes les forces de la résistance, qui ont clairement déclaré qu’elles n’avaient pas (mené) d’actions liées à la résistance à l’endroit en question ». 

Si ce n’est pas le Hamas qui a creusé un tunnel en plein milieu de Gaza entre deux écoles, qui a bien pu le faire à part le Mossad ? What the fuck ! Trop fort ce Mossad : mener des travaux pareils sans que personne ne s’en rende compte, c’est carrément de la magie, rien à dire, total respect !

Mais arrêtons le délire, ne serait-ce pas plutôt  tout simplement une énième preuve éclatante que peu voudront voir, du peu de poids que cette organisation terroriste accorde à la vie des enfants gazaouis, juste bons à se transformer en bombes humaines ou boucliers humains pour servir les intérêts de cette clique d’assassins.

Vidéo : 10 juin 1967



Egypt and Jordan had been defeated, and Jerusalem, the West Bank, the Sinai Peninsula and the Gaza Strip were in Israeli hands.