8 oct. 2017

PMA, un créneau porteur, par Basile de Koch


Face au retour en vogue du dossier « PMA pour toutes », les opposants innovent. Ils ne s’en tiennent plus aux considérations éthiques, aux slogans rageurs ni même aux blagues vachardes. Partant du principe qu’une histoire vraie vaut mieux qu’un long discours, ils ont déniché, via l’ami Google, des dizaines de scandales ayant éclaté dans des pays où la PMA est institutionnalisée.

Encore un cas de tromperie sur la marchandise…
Encore un cas de tromperie sur la marchandise…

J’ai ainsi découvert sur Facebook l’article ci-contre, qui m’avait hélas échappé en 2015. Il conte la mésaventure d’un couple de lesbiennes de l’Ohio désireuses d’avoir un bébé. Elles avaient bien spécifié vouloir « un donneur de race blanche aux cheveux blonds et aux yeux bleus ». Manque de bol ! Suite à une inversion de fioles, la future mère fut fécondée avec le sperme d’un Afro-américain.
Aux Pays-Bas, un procès actuellement en cours oppose dix jeunes mères à une clinique spécialisée. Les mamans ont découvert que leurs enfants avaient tous été conçus par le même père – en l’occurrence le directeur de l’établissement lui-même ! Un scandale qui risque encore de s’amplifier : avant sa fermeture par les autorités, la clinique avait quand même procédé à dix mille interventions…

On parle aussi beaucoup d’une affaire qui oppose trente-six familles du Canada, des États-Unis et de Grande-Bretagne à un multinationale de l’insémination artificielle . Le donneur 9623 y était très demandé : un Q.I. de 160, des dons musicaux hors du commun et un doctorat en neurosciences. Qui dit mieux ?

Hélas, les requérants ont établi qu’en vérité, le petit génie est un repris de justice sans diplôme, soigné pour diverses maladies psychiatriques. Ce qui ne l’a pas empêché de vendre abusivement son sperme pendant quatorze ans sans aucun contrôle de la part des acheteurs.

Si tout se passe comme prévu par les « progressistes », des belles histoires comme ça, bientôt nous aussi on pourra en raconter…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire